Annonay

Annonay est une commune française localisée dans le département de l'Ardèche et la région Rhône-Alpes. Avec ses 17 088 habitants en 2006, Annonay est la commune la plus peuplée de l'Ardèche.


Catégories :

Commune de l'Ardèche

Recherche sur Google Images :


Source image : commons.wikimedia.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Tourisme Annonay Ardèche La ville d'Annonay a la chance d'avoir pu conserver au travers des siècles de nombreuses portes qui témoignent des modes de vie des ... (source : facebook)
  • Annonay est une ville française, localisée dans le département de l'Ardèche et la... La Désirade, belle demeure bourgeoise du 19e siècle, ... (source : annuaire-mairie)
Annonay
Annonay depuis l'avenue de l'Europe
Annonay depuis l'avenue de l'Europe
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône (chef-lieu)
Canton Chef-lieu :
Code commune 07010
Code postal 07100
Maire
Mandat en cours
Olivier Dussopt
2008-2014
Intercommunalité communauté de communes du Bassin d'Annonay
Démographie
Population 17 257 hab. (2007)
Densité 814 hab. /km2
Géographie
Coordonnées 45° 14′ 27″ Nord
       4° 40′ 17″ Est
/ 45.2408333333, 4.67138888889
Altitudes mini. 270 m — maxi. 746 m
Superficie 21, 20 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Annonay (en occitan Anonai) est une commune française localisée dans le département de l'Ardèche et la région Rhône-Alpes. Avec ses 17 088 habitants en 2006, Annonay est la commune la plus peuplée de l'Ardèche.

Ses habitants sont nommés Annonéens.

Géographie

Au pied des Monts du Vivarais, Annonay est localisé à 75 km de Lyon, à 45 km de Valence ainsi qu'à 40 km de Saint-Étienne. Au contact de régions aux reliefs particulièrement différents, la ville a été édifiée en amphithéâtre à partir des berges des deux rivières : la Cance et la Deûme. Point culminant : le Montmiandon à 679 m

Annonay est localisée à un carrefour de routes commerciales : de la vallée du Rhône à la région de Saint-Étienne (sens est-ouest ), et de la région lyonnaise au sud du Massif Central (sens nord-sud).

Communes limitrophes

Histoire

Antiquité

L'origine du nom de la ville renvoie à de nombreuses hypothèses. L'une d'entre elles veut que Annonay vienne de Annoniacum ou domaine d'Annonius, riche Romain qui aurait vécu là[1].

Moyen Âge

Au XIIIe siècle, la petite ville d'Annonay est une étape importante sur la route du pèlerinage vers la Vierge du Puy-en-Velay. En sont témoins les hôtels pour pélerins, les cinq monastères et les deux prieurés. En 1487, la ville compte quatorze églises pour à peu près deux mille habitants. Jusqu'aux guerres de religion, les clercs représenteront jusqu'à la moitié de la population.

Les familles Roussillon, Rohan-Soubise, Levis-Ventadour, dominent la région. En 1288, une charte est signée entre la ville et le seigneur d'Annonay. Celle-ci accorde une certaine autonomie à la ville : surtout, le droit de levée des tailles. À partir de 1365, deux consuls ont en charge les destinées de la ville.

Au cours du XVe siècle, Annonay s'affirme comme un carrefour commercial : exportation de son vin, échanges entre la vallée du Rhône, le Dauphiné et la montagne, grâce aux muletiers ; la tannerie se développe en profitant des eaux de la Deume). Mais cette relative prospérité attire les brigands, routiers et mercenaires. Lors de la guerre de Cent Ans, la ville renforce ses remparts avec des tours de guet percées de portes pour contrôler les entrées et sorties.

En 1524, Annonay est rattachée au domaine du roi de France suite à la révolte du connétable de Bourbon : ses biens, dont fait partie Annonay, sont confisqués.

Guerres de religion

Article détaillé : Guerres de religion (France) .

À cette époque, Annonay compte 3 500 habitants. Les quartiers de la Cance et de la Deûme sont délaissés par les plus riches au profit de la place Vieille, la place Grenette, la rue des Forges (ancienne Grande Rue) [2].

Annonay adopte le protestantisme avant Genève. Dès 1528, un moine cordelier, Etienne Machopolis qui avait entendu Luther prêcher en Saxe, propage les nouvelles idées. En 1539, deux marchands d'Annonay sont brûlés vifs pour avoir propagé les idées de Luther. Ce sont les excès des clercs qui vont pousser les habitants dans les bras de la Réforme. D'autre part, dans la région, les protestants ont développé la culture du ver à soie et protégé des artisans italiens venus développer les moulins à soie, la famille Benay.

À partir de 1562, et pendant plus de trente ans, les guerres ravagent la ville. Annonay, ville riche et fortifiée, est un enjeu de cette guerre civile. La cité est pillée et dévastée à quatre reprises au cours de la même année : par les protestants, puis par un chef de guerre catholique, par un chef de guerre protestant et enfin par le seigneur de Saint Chamond. En 1563, l'édit d'Amboise rétablit la paix : Annonay devient la ville du bailliage où le culte réformé peut être pratiqué.

1568 marque le retour des hostilités : Saint-Romain (protestant) et Saint-Chamond (catholique) prennent tour à tour Annonay et la saccagent. En 1572, après le massacre de la Saint-Barthélémy, Saint Romain s'empare de la ville : les églises toujours intactes sont abattues. A partir de 1574, le seigneur protestant Jean de Fay de Virieu est envoyé par Henry III pour négocier la paix, tant avec les catholiques que les protestants. Un compromis est trouvé au château de la Condamine, dont le seigneur protestant est chargé de commander les places de la région, qui sont désarmées. La ville connaîtra ensuite une longue période de tranquillité, mais dans l'immédiat, le commerce et l'industrie sont anéantis. La cité, en ruine, ne compte plus que 300 feux soit à peu près 1 500 habitants. Les ordres religieux ont été chassés[3].

En 1586, Annonay a été ravagée par une épidémie de peste puis par la famine, mais avec la signature de l'Édit de Nantes, la ville retrouve son calme.

À la fin du XVIe siècle, une trentaine de tanneries sont installées sur les berges de la Deûme et de la Cance, attirées par la qualité de leurs eaux et la prospérité des élevages environnants. La mégisserie se développe : 11 tanneurs et 4 mégissiers en 1590, 20 tanneurs et 37 mégissiers en 1704[4].

XVIIe-XVIIIe siècles

Le premier envol d'une montgolfière

En 1685, la révocation de l'édit de Nantes touche Annonay. Les protestants qui représentent à cette époque 50 % de la population[5] doivent choisir entre s'exiler, abjurer ou continuer la pratique de leur religion dans la clandestinité. Ce sont en particulier des artisans, des industriels, des vignerons et les commerçants[6]. Un siècle plus tard, un recensement montrera qu'il ne reste que 7 % de protestants en majorité issus des classes supérieures[7].

L'industrie papetière s'implante à Annonay au XVIIIe siècle, avec les frères Montgolfier, papetiers originaires d'Auvergne, dont le père s'est installé à Vidalon en Annonay. Ils se joignent aux Johannot, autre famille auvergnate, installés depuis 1634 à Faya. Attirés par la qualité des eaux, la force motrice des rivières et l'abondance de la matière première (les chiffons), ils importent les innovations technologiques de Hollande : la pile hollandaise.

En 1780, la production industrielle est florissante : 25 000 peaux de vaches, 500 000 peaux de moutons sont traitées par les tanneries. Les usines de papier produisent 300 tonnes de papier. En 1781, le bailliage devient sénéchaussée.

En 1782, le 14 décembre, la première montgolfière s'élève à Davézieux, à quelques kilomètres d'Annonay. Elle est constituée d'un grand sac de papier doublé de toile positionné au-dessus d'un feu de paille mouillée et de laine. Plusieurs autres inventions sont à mettre au compte de Joseph Montgolfier : le bélier hydraulique, le mode de fabrication du papier vélin et du papier filtre, nommé papier joseph.

Cette réussite ne va pas sans accroc : l'engagement en grand nombre par les frères Montgolfier des meilleurs ouvriers provoque une raréfaction de la main-d'œuvre, et des demandes de hausses de salaire. Ceux de l'atelier de Vidalon font une grève de deux mois fin 1781; après une longue période de tensions entre le patron et ses employés, le premier perd, par son attitude intransigeante, le meilleur de sa main-d'œuvre[8], dans une période où les bagarres entre gavots et dévorants sont fréquentes[9].

Annonay se développe grâce au commerce. Ce dernier profite du réseau routier perfectionné (même si c'est suite à la révolte des camisards) [10]. Annonay compte en 1787, 130 commerçants pour à peu près 7 000 habitants : parmi ceux-ci, 11 drapiers, 11 toiliers, 26 épiciers, 3 orfèvres, 26 marchands de chaussure, 28 tailleurs[10].

Au cours de la Révolution française les représentants d'Annonay, tout en étant particulièrement favorables au nouvel ordre, adoptent une attitude modérée. Cette modération est bien illustrée par la personnalité de l'avocat François-Antoine de Boissy d'Anglas, proche des Girondins. André Joseph Abrial, natif d'Annonay, devient ministre de la justice et est un des rédacteurs du code civil (code Napoléon).

XIXe siècle

L'essor d'Annonay se poursuit : c'est la mégisserie qui tire la prospérité industrielle d'Annonay. Les gants haut de gamme sont fabriqués à Grenoble mais les meilleures peaux viennent d'Annonay. En 1870, la mégisserie annonéenne traite 8 millions de peaux et emploie 50 % des ouvriers de la ville. Ils sont pour la majorité d'origine paysanne. Trois mille d'entre eux travaillent à l'époque dans cette branche.

Le 26 février 1848, les ouvriers de la ville manifestent violemment leur soutien aux révolutionnaires parisiens (journées de février 1848), avec surtout le caillassage des résidences des notables. L'armée ramène l'ordre[11].

Le perfectionnement du réseau routier, la création des premières lignes de chemin de fer, mettent fin au rôle d'Annonay comme centre commercial pour l'arrière-pays montagneux. Ce dernier est désormais directement en relation avec Saint-Étienne. Les échanges est-ouest qui avantageaient Annonay sont remplacés par des échanges nord-sud qui suivent surtout la vallée du Rhône.

La guerre franco-allemande de 1870 bloque les exportations : les stocks des usines d'Annonay sont pendant un temps bloqués à Paris. Cette crise amorce le déclin de la mégisserie à Annonay, accentuée par la faiblesse des investissements industriels. Plus de 2 000 salariés sont licenciés et iront trouver du travail dans d'autres régions.

Barthéméy Barou de Canson épouse la fille de Étienne Montgolfier. De nouveaux procédés de fabrication de papier sont mis en place, la production se spécialise. La papeterie emploie 1 500 personnes vers 1875.

XXe siècle

Au XXe siècle, les industries mécaniques se développent : machines pour la tannerie et en particulier fabrication d'autocars ; l'ancienne entreprise artisanale de Jean-Joseph Besset est devenue Renault Véhicules Industriels[12].

Les descendants des frères Montgolfier, B. et E. de Canson, inventent le papier calque, des papiers photographiques. Les Papeteries Canson et Montgolfier restent un des fleurons de l'industrie annonéenne.

Héraldique

Annonay

Armes respectant les traditions de la ville d'Annonay : «Échiqueté, d'or et de gueules de quatre tires.»

La devise d'Annonay Cives et semper cives signifie : «citoyen et toujours citoyen».

Administration

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1944 Jacques de Sugny PCF  
1944 1950 Ferdinand Janvier SFIO Cadre
1950 1953 Joseph Pourret -  
1953 1959 Daniel Aimé SFIO Directeur de collège
1959 1965 Fernand Duchier - Industriel
1965 1971 Daniel Aimé SFIO Ancien directeur de collège
1971 1977 Henri Faure UDR Industriel
1977 1983 Jean Parizet PS Cadre
1983 octobre 1986 RPR Directeur d'une coopérative agricole, député de 1980 à 1992
octobre 1986 juin 1997 Claude Faure RPR Cadre
juin 1997 mars 2001 Jean Claude Tournayre PS Architecte
mars 2001 mars 2008 Gérard Weber UMP Kinésithérapeute, député de 2002 à 2007
mars 2008   Olivier Dussopt[13] PS Député de l'Ardèche (plus jeune député de France)

Démographie

Évolution démographique
(Source : Insee[14] et EHESS[15])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 800 5 550 6 083 7 748 8 277 9 031 10 384 11 938 13 214
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
13 679 16 271 18 445 17 033 15 848 17 291 17 308 17 626 17 028
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
17 490 17 300 16 661 15 032 14 690 15 427 15 669 15 462 16 201
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007    
18 434 20 757 20 832 19 484 18 525 17 522 17 257    

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

Économie

Anciennement reconnue pour ses papeteries (dès le XVIIe siècle) et ses industries du cuir, Annonay abrite aujourd'hui des industries en constructions mécaniques, carrosserie, textiles, chaussures et produits pharmaceutiques.

Annonay est actuellement à nouveau la ville française de l'autocar avec les usines Irisbus racquises à Renault par Fiat.


Ce tissu économique s'oriente actuellement vers le secteur tertiaire, les nouvelles technologies et le tourisme vert.

Annonay est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie Nord-Ardèche.

Monuments

Personnalités liées à la commune

Jumelages

Le jumelage est «triangulaire» :

Backnang et Chelmsford étant jumelées entre elles depuis 1990.

Culture

Spécialités culinaires

Animations

Chaque année :

Le Festival international du premier film[19]

La fête de la Montgolfière, 1er week-end.

Les Gourmandises d'Ardèche et du Haut-Vivarais, 3e week-end. Elles sont organisées par l'association du même nom. Le temps d'un week-end, la place des Cordeliers devient la vitrine des produits ardéchois. Une soixantaine d'exposants et énormément d'animations rythment cette manifestation.

Galerie

Notes et références

  1. Johannis Chaumel, Recherches sur l'origine de quelques noms dans le Nord de l'Ardèche, 1863
  2. Bulletin municipal de la ville d'Annonay : légèrement d'histoire. 1982
  3. site web : Histoire d'Annonay http ://www. histoiresdeserieb. free. fr/histoire_annonay. html -
  4. Archives nationales, Paris
  5. Dictionnaire d'histoire administrative et démographique vol. Ardèche d'Alain Molinier, Édition du CNRS, 1976
  6. Vauban, Mémoire sur les huguenots
  7. Archives Départementales de l'Ardèche : Dénombrement des citoyens attachés aux cultes protestants an X (1801)
  8. Jean Nicolas, La Rébellion française : mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris : Gallimard, 2008. Collection Folio, ISBN 978-2-07-035971-4, p. 461
  9. Jean Nicolas, op.  cit. , p. 519
  10. Archives municipales d'Annonay
  11. Éric Darrieux, «L'accueil de la Seconde République au village en Ardèche», in Rives nord-méditerranéennes, Paysans et pouvoirs local, le temps des révolutions, [En ligne], mis en ligne le : 22 juillet 2005. [1], consulté le 10 décembre 2008
  12. Depuis 1999 IRISBUS
  13. Préfecture de l'Ardèche fichier au format PDF daté du 1er juillet 2008
  14. Insee, Population municipale au 1er janvier 2006, consulté le 19 janvier 2009
  15. EHESS, http ://cassini. ehess. fr/ Notice communale d'Annonay
  16. La Chapelle de Trachin d'Annonay par Jean Ribon et Maurice Frappa
  17. Fiche du musée sur le site de la mairie
  18. http ://www. bartavel. com
  19. festival international du premier film

Voir aussi

Hameau de Chatinais (Ardèche)

Liens externes


Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : annonay - ville - siècles - papier - ardèche - saint - protestants - jean - région - guerres - montgolfier - nord - commune - française - familles - place - industrie - joseph - france - habitants - histoire - monneron - rhône - canton - maire - 2008 - compte - tours - rue - château -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Annonay.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 11/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu