Machine à papier

Une machine à papier est la technique principale de l'industrie papetière puisque c'est elle qui produit le papier, le plus souvent sous forme de bobines particulièrement volumineuses, à partir de la pâte à papier.


Catégories :

Papier - Matériel d'écriture

Recherche sur Google Images :


Source image : cerig.efpg.inpg.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • la transformation de la matière première en pâte à papier : les fibres de ... Actuellement, une machine à papier est gérée par un ordinateur qui vérifie et ... (source : ecofolio)
  • Machine à Papier est un des métiers phares de l'industrie papetière.... production chargés de la préparation de pâte, du séchage, du couchage et du ... (source : irfip)
  • La troisième machine à papier est la première machine à papier pour ondulé en double laize en Allemagne. 1968. Démarrage de la première machine à Testliner... (source : papierfabrik-palm)

Une machine à papier est la technique principale de l'industrie papetière puisque c'est elle qui produit le papier, le plus souvent sous forme de bobines particulièrement volumineuses, à partir de la pâte à papier.

Elle se compose de différentes parties :

  • les circuits de tête de machine
  • la formation de la feuille
  • le pressage de la feuille
  • le séchage de la feuille
  • mise en format du papier.

Selon le type de papier fabriqué, il peut exister des étapes différentes ou en plus comme le couchage ou satinage du papier qui intervient alors après le séchage.

Les circuits de tête de machine

On donne le nom de circuits de tête de machine aux circuits reliant la trituration de la pâte à papier à la caisse de tête de la machine à papier.

La trituration de la pâte comprend :

Toute la trituration de la pâte s'effectue à des concentrations en matières sèches comprises entre 3 et 6 %, ceci pour des considérations économiques et pratiques :

On reste cependant limité pour des problèmes de transport (utilisation des pompes centrifuges) à des concentrations pouvant que particulièrement rarement dépasser 6 %.

En caisse de tête ou dans la cuve d'une forme ronde, pour des considérations de défloculation et de bonne formation de feuille (épair et caractéristiques physiques du papier), on a intérêt à travailler le plus dilué envisageable, compte tenu de la capacité des circuits et de l'égouttage disponible sur machine.

Les circuits de tête de machine auront par conséquent plusieurs fonctions :

  1. régler le grammage (le poids au m² du papier)  :
    Pour une vitesse machine donnée et pour une concentration constante de pâte dans le cuvier machine, le grammage du papier sera fixé par le débit de pâte (venant du cuvier machine), qui est réglé soit par une vanne (vanne de poids ou de grammage) soit par une pompe volumétrique à vitesse variable.
  2. réguler la dilution :
    C'est-à-dire la concentration en caisse de tête. On utilise la plus grande partie des eaux blanches sous toile pour diluer la pâte venant du cuvier de tête de machine. La pâte et les eaux blanches sont envoyées à l'aspiration de la pompe primaire ou pompe de dilution qui assure le mélange et le transport vers la caisse de tête.
  3. réaliser l'épuration fine :
    Cette épuration est plus efficace sur une pâte diluée (entre 5 et 10 g/l).
    • Épuration des impuretés lourdes dans des hydrocyclones. Cette épuration particulièrement efficace nécessite une dépense énergétique importante (débit important et perte de charge élevée comprise entre 1, 5 et 2, 5 bars).
    • Épuration des impuretés grosses (lourdes ou légères) dans des épurateurs à tamis : paniers à trous ou paniers à fentes. Dans ce cas, on élimine des «matons», des filoches, et occasionnellement des plastiques.
      Perte de charge dans ces appareils : 0, 1 à 0, 5 bars selon le pourcentage d'ouverture, le débit, la concentration de la pâte et l'état de colmatage du panier.
  4. affinage de la pâte :
    Pour certaines fabrications, on trouve toujours un post raffinage tête de machine donnant la possibilité de le cas échéant de régler particulièrement rapidement l'épair (meilleur formation) et en particulier la porosité ou perméabilité du papier.
    Certains adjuvants utilisés pour le perfectionnement du produit (agents de collage, colorants, agents résistant à l'état humide, …) ou pour le perfectionnement du process (agents de rétention, etc. ) sont de plus en plus introduits toujours au niveau des circuits de tête.
    Les charges sont le plus souvent introduites à ce niveau dans les circuits de machine à papier.

La formation de la feuille

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : papier - pâte - machine - tête - circuits - feuille - concentrations - épuration - particulièrement - formation - caisse - pompes - selon - trituration - transport - grammage - cuvier - débit - charge - paniers -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Machine_%C3%A0_papier.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 11/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu