Xylographie

La xylographie est un procédé de reproduction multiple d'une image sur un support plan, papier ou tissu, en utilisant une tablette de bois gravé comme empreinte pouvant être reproduite par estampage, à meilleur prix que le travail réalisé à la main par des copistes.


Catégories :

Typographie - Gravure - Arts graphiques - Imagerie populaire

Définitions :

  • xylographier - Graver sur bois, ou imprimer avec la xylographie comme procédé (source : fr.wiktionary)
  • (-) [f] xylographie [f] [art de la gravure sur bois] (source : cronimus)
  • impression avec planches en bois gravées en relief. (source : engrenage.free)

Histoire de l'imprimerie

Technologies
Sceau-cylindre 4100-500 av. J. -C.
Disque de Phaistos 1850–1400 av. J. -C.
Xylographie 200 ap. J. -C.
Taille-douce années 1430
Imprimerie 1439
Typographie 1450
Lithographie 1796
Chromolithographie 1837
Presse rotative 1843
Flexographie années 1890
Impression offset 1903
Quadrichromie XIXe-XXe siècle
Sérigraphie 1907
Sublimation 1957
Photocopieur années 1960
années 1960
Imprimante laser 1969
Imprimante par matrice de points 1970
Imprimante thermique
Jet d'encre 1976
1993
Impression 3D

La xylographie est un procédé de reproduction multiple d'une image sur un support plan, papier ou tissu, en utilisant une tablette de bois gravé comme empreinte pouvant être reproduite par estampage (ou impression), à meilleur prix que le travail réalisé à la main par des copistes. Ce terme tend à être utilisé pour désigner les gravures produites avant l'invention et la diffusion de l'imprimerie. L'image reproduite peut être celle d'un texte.

Histoire

La xylographie a été pratiquée dès le VIIe siècle en Chine, puis en Corée et au Japon.

Les plus anciens xylographes ont été découverts :

Les graveurs sur bois qui pouvaient être aussi dominotiers[4], cartiers, imprimeurs d'histoire, utilisaient la taille d'épargne[5] sur bois, — en Europe hêtre, poirier, noyer, au Japon essentiellement le cerisier — comme matrice et l'impression sur feuille de papier chiffon comme support.

Pour exercer son métier, le dominotier devait posséder un brevet délivré par la corporation. Avec ce brevet le graveur avait le droit de tenir boutique et d'imprimer seulement (pour ne pas concurrencer les libraires-imprimeurs) sa production dans son atelier. [réf.  nécessaire]

L'ancêtre des incunables

Graveur sur bois (XVIe siècle)
Presse xylographique à bras en bois

Les bois gravés étaient utilisés pour imprimer des ouvrages bon marché, comme des grammaires destinées aux étudiants. Le dominotier taillait les lettres de la page à imprimer dans le bois. Ce travail particulièrement fastidieux empêchait toutes modifications ensuite et les caractères étaient irréguliers en forme. Les livres européens où le texte et les images sont gravés dans le même bloc de bois sont nommés incunables xylographiques.

La gravure terminée, le dominotier enduit la plaque de bois d'encre avec une balle[6], presse fortement la feuille sur le bloc de bois avec une presse à vis, genre presse à raisin, et met la feuille à sécher, étendue sur une corde à linge.

Les impressions successives détériorent le bois ; l'invention des caractères mobiles par le chinois Bi Sheng achève définitivement cette technique d'impression des textes. La gravure sur bois continuera d'exister pour les images.

L'ancêtre de la typographie

Graver une page entière de caractères sur une plaque de bois est comparable à une gageure. Pour simplifier leur travail, certains graveurs travaillent à la ligne. Le texte n'est plus gravé en un seul bloc mais en plusieurs blocs d'une ou plusieurs lignes. Cette technique permet aussi les modifications du texte. Il suffit de retirer l'ou les blocs du texte à modifier et les remplacer par des nouveaux.

L'imagerie populaire

L'imagerie populaire fait son apparition en France dans le dernier quart du XIVe siècle. Le dominotier taille son image dans le fil du bois. L'image est particulièrement suggestive, a peu de texte, légende ou titre, «les petites gens» ne savent pas lire. Pour rendre son image toujours plus attrayante et par là même augmenter sa clientèle, le graveur rehausse son image avec des couleurs particulièrement vives, rouge, bleu, jaune, vert émeraude, brun. Les couleurs sont appliquées sur la feuille avec un pochoir.

Saint patron

Le saint patron des papetiers, dominotiers est saint Antoine.

Notes

  1. Pan, Jixing. "On the Origin of Printing in the Light of New Archæological Discoveries, " in Chinese Science Bulletin, 1997, Vol. 42, No. 12 : 976–981. ISSN 1001-6538. Pages 979–980.
  2. Recent additions to virtual books
  3. National Treasure No. 126-6, by the Cultural Heritage Administration of South Korea (in Korean)
  4. Le dominotier (métier des arts graphiques) est celui qui imprime des feuilles mobiles, les dominos utilisés par exemple pour les cartes à jouer.
  5. Gravure en relief, comme un tampon encreur.
  6. boule de crin de cheval, aggloméré avec de la colle forte, puis enveloppée dans un linge. Plus tard la balle est pourvue d'une poignée en bois et recouverte de peau de chien, laquelle, n'ayant pas de pores, offre une surface idéalement lisse.

Liens externes

Recherche sur Google Images :



"La xylographie consistait à"

L'image ci-contre est extraite du site chine-informations.com

Il est possible que cette image soit réduite par rapport à l'originale. Elle est peut-être protégée par des droits d'auteur.

Voir l'image en taille réelle (411 × 296 - 61 ko - gif)

Refaire la recherche sur Google Images

Recherche sur Amazone (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : bois - image - texte - dominotiers - xylographie - impression - presse - gravé - graveurs - feuille - bloc - gravures - sutra - histoire - imprimerie - taille - imprimante - travail - japon - découverts -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Xylographie.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 11/12/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu